Aldente-théâtre Le théâtre n'est fait que pour être vu. Molière
 

 

Vous êtes ici: Home - Grégoire Aubert
Aldente-théâtre

Grégoire Aubert

06 08 89 42 78 / gregoire.aubert@free.fr

Membre des EAT - Méditerranée

                                                                                            

Artiste instinctif au parcours atypique et riche, il s’est installé dans le Gard en et enchaîne les productions à un rythme étonnant. En dehors de tout système ou de tout embrigadement, il poursuit sa route de franc-tireur depuis plus de 20 ans et se partage entre le jeu et l’écriture.

 

Auteur de plus de 20 pièces, il a remporté en 2010 le premier prix du concours du Petit Théâtre de Vallières avec Descentes, un drame sur la prostitution. Derniers Jugements, drame philosophique (coécrit avec Thierry Desouche), fut finaliste du même concours.

 

Son adaptation des Fourberies de Scapin pour 3 comédiens tourne brillamment depuis cinq ans. Et son spectacle jeune public Qui a peur du grand gentil loup ? a remporté un grand succès au festival Off d’Avignon, 3 années de suite, en affichant complet tous les jours.

Il vient d’adapter pour la scène le roman de Sylvaine Allié Levallois Un Papa pour Noël rebaptisé pour l’occasion Au bal des pourris, Marie danse…

Le ballon Blanc, texte autour de la maltraitance et des droits de l’enfance, après un accueil prometteur, prépare sa tournée dans les écoles et les scènes municipales pour la saison prochaine.

 

Ses comédies Les Dames de Boychéris, Huit-Claude ou Les Amantes religieuses sont actuellement jouées sur différentes scènes de France, particulièrement par des compagnies amateurs.

 

Il a participé à un ouvrage collectif sur Diderot, initié par les EAT-Méditerranée (Ecrivains Associés du Théâtre), paru aux Cahiers de l’Egaré sous le titre Pour tout savoir.

 

Les sujets les plus divers l’inspirent. On relève dans ses textes une persistance dans l’art du dialogue et dans l’habilité des ruptures ; il donne surtout priorité à l’efficacité narrative en se reposant sur la crédibilité des personnages, leur humanité, leurs fêlures.

 

Grégoire Aubert essaye de se tenir à l’opposé de la vulgarité ou de la gratuité, dans le rire comme dans les larmes. Des écarts caustiques viennent régulièrement donner de la voix à un fond de tragédie, ses récits évoluant ainsi sournoisement entre comédie et drame.

 

Un auteur inclassable. Tant mieux.