Aldente-théâtre Le théâtre n'est fait que pour être vu. Molière
 

 

Vous êtes ici: Home - Jean-Jacques Vergnaud
Aldente-théâtre

Jean-Jacques Vergnaud 

Peintre, écrivain, journaliste

 
Jean-Jacques Vergnaud est né en 1944 à Paris.
“Baladin” dès son plus jeune âge, il accompagne son père diplomate en poste aux quatre coins de la planète. Lors de son passage à Rome, il a une révélation au contact de l’art italien : il sera peintre. Ses parents acceptent qu’il suive les cours de peinture et de sculpture de J. Dandon-Met-de-Peninghen.
A 20 ans, il fera partie des rares hyperréalistes français. Aujourd’hui, il appartient à ce qu’il convient d’appeler “La nouvelle figuration”. Mais nul n’est prophète en son pays : il expose surtout au Japon, aux Etats-Unis, en Allemagne et est inscrit au catalogue Trajan.
Parallèlement, il poursuit une carrière de journaliste pour faire vivre sa famille. C’est l’époque des reportages à l’étranger: en Amazonie, il suit une tribu d’Indiens avec Paris-Match et un cinéaste; Jours de France l’envoie en mission en Indonésie ramper sous les balles... en Amérique du Sud et dans le reste du monde. Ses nombreux voyages lui ont appris sur la vie bien plus que tous ses maîtres précédents. Inlassablement, il essaie de comprendre pourquoi l’homme ne change pas depuis la nuit des temps, spectateur d’une misère humaine énorme. Jamais sa passion de la peinture ne l’abandonne et il réussit à peindre plus de cinq heures par jour. A 42 ans, il quitte enfin la presse pour se consacrer uniquement à son art. En 1990, il reprend la plume délaissée un temps pour écrire à son compte. Essais, romans et quelques pièces de théâtre.
Sa dernière pièce, Dreyfus et le cul-de jatte Bernard laisse transparaître les grands thèmes qui traversent son oeuvre picturale, celle-ci n’ayant d’autre sujet que la dignité humaine, la difficulté de vivre en un temps où l’argent est seul rédempteur, la difficulté d’être quand pour une raison quelconque, on n’entre pas dans le moule de la société. Sa pièce, fiction sur fond de toile historique, n’est qu’un prétexte à défendre le droit à la différence, le respect et la tolérance. Elle a remporté un vif succès au Festival d’Avignon 2002 et ne cesse d’être jouée. Elle a été publiée en 2005 aux Editions du Phare.